Merci Le Cargo !

Les mots de Natalia Algaba et les magnifiques photos de Ben Gaston pour un souvenir précieux et fort ! http://bit.ly/2HuwKOW

Pour cette première soirée du festival Clap your hands, le Café de la danse affiche complet. Un public de fans était au rendez-vous pour voir son idole, le suédois Jay Jay Johanson. Nous étions plutôt venus profiter de Blaubird, le duo formé par Laure et Olivier Slabiak et on n’a pas été déçu.

La voix sublime de Laure, contralto venue du Lyrique, nous emporte. Elle est magique, douce, charmante, sobre…on parle de la voix…mais aussi de la femme, avec cette allure mystérieuse : crâne rasé, de beaux tatouages symboliques sur les avant-bras, chemisier blanc, pantalon noir. Simple, délicate et gracieuse. Elle nous emporte quand elle bouge ses bras pour accompagner son chant, quand elle nous explique qu’elle va chanter un poème de William Blake, « Cradle Song », mis en musique, quand elle siffle ou quand elle nous traduit les mots d’un titre chanté en yiddish. Bien sûr qu’on se laisse porter par sa voix que ça soit en anglais, en allemand ou en français. On se laisse porter par cette maîtresse de cérémonie qui a su capter l’attention d’un public silencieux et envoûté. Sa voix nous porte oui, elle nous emmène ailleurs, elle nous invite à fermer les yeux, à nous imaginer une rivière, un lieu paisible, le chant des oiseaux, les croassements des grenouilles, des sons qu’elle nous sort peu à peu de son laptop. Et nous voilà ailleurs, comme dans une séance de mindfullness, au paradis, à profiter du « luxe du calme », nous dit-elle.

Et que dire d’Olivier, qui maîtrise aussi bien le violon que la guitare. Cet homme-orchestre qui enregistre ses arpèges à la guitare, reprend vite le violon joué pizzicato ou à l’archet, et qui rend possible cet ensemble harmonieux où la folk se mélange aux samples électros, au clavier, à la voix de Laure et au lyrisme des paroles.

On refuse de mettre dans une case la musique de Blaubird, car elle serait trop étroite pour une musique libre comme « l’oiseau bleu », comme les oiseaux qu’ils nous ont fait écouter, comme les oiseaux qui décorent le corps de Laure. Ce duo a créé son propre univers grâce à son vécu, son expérience musicale et ses recherches et nous avons écouté ce set en pleine conscience. On en redemande ! Merci à eux !

Leur premier album Rising-La Fin de la tristesse est sorti en septembre 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s